Please wait...



Une approche transfrontalière

Le projet NanoCardio s’inscrit dans la stratégie du Programme INTERREGV en répondant à l’axe prioritaire 1 de l’Union Européenne ‘Améliorer et soutenir la collaboration transfrontalière en recherche et innovation’. En effet, il permet de :

  • pérenniser les échanges pré-existants en termes de recherche et d’innovation entre l’UMONS et l’URCA et d’autre part de développer une nouvelle collaboration avec l’UGENT,
  • renforcer le potentiel d’innovation de la zone dans un domaine à fort impact et sociétal (nanodispositifs pour le diagnostic clinique en particulier en matière cardiovasculaire),
  • préparer la phase de transfert des résultats vers la clinique, en incluant dans le management du projet une spin-off wallonne spécialiste d’études de biodistribution de nanoparticules magnétiques chez le petit animal, mettre en place un consortium pluridisciplinaire dont les objectifs seront de développer des nanosondes permettant le ciblage actif de pathologies, de faire la preuve de leur efficacité et de leur innocuité in vitro et d’amorcer les expériences d’imagerie in vivo en IRM et en fluorescence nécessaires avant leur transfert vers les entreprises du secteur.

Il faut souligner qu’en matière médicale et pharmaceutique mais aussi du point de vue de règles éthiques, ces deux points sont chronologiquement incontournables et le déroulé du projet respecte cette chronologie,

  • dynamiser et structurer des savoirs et savoir-faire autour des nanomatériaux pour la santé en général, dans la zone grâce à la complémentarité des équipes impliquées dans le projet,
  • augmenter la mobilité des chercheurs dans la zone et la facilité d’accès à des équipements de recherche préclinique (imageurs de la plateforme d’imagerie biomédicale préclinique du Centre de microscopie et d’imagerie moléculaire, UMONS).

Il vise également à proposer une offre de formation inter-universitaire spécifique, dans le domaine des nanodispositifs pour le diagnostic médical, en intégrant les divers aspects conduisant à leur mise au point (élaboration et caractérisation de nanostructures pour la santé, imagerie, nanotoxicologie). Enfin, il se fixe aussi comme objectif d’accroitre la visibilité des résultats qu’il pourra engendrer, pour montrer que les universités de la zone transfrontalière peuvent être des acteurs qui comptent dans le domaine des nanosciences pour la santé.

 



Dans le cadre du projet NanoCardio, l’approche transfrontalière permet de renforcer la collaboration entre des équipes aux savoirs et savoir-faire complémentaires. Une partie des partenaires du projet travaille déjà en collaboration et des résultats communs ont déjà été acquis sur d’autres problématiques. Le consortium constitué ici voit ses compétences élargies d’un point de vue scientifique, en particulier en terme de nanotoxicologie (ce qui est fondamental pour les applications visées mais aussi d’un point de vue éthique par rapport à l’utilisation de nanoparticules).

L’intérêt dans ce projet est aussi de profiter de la proximité géographique entre les parties prenantes pour mener des projets plus ambitieux. Les actions en cours nous montrent que cette proximité est un atout fort pour améliorer le temps de réponse entre partenaires. Ceci a un impact direct sur le retour d’expériences et sur la mise en commun des pratiques de recherche.

A nos yeux, ce point est crucial surtout quand les projets sont interdisciplinaires. Pouvoir communiquer en proximité permet de réduire les frontières disciplinaires, ce qui est un atout pour atteindre nos objectifs. Ceci permet aussi une plus grande mobilité des chercheurs qui peuvent ainsi assister leurs partenaires quand des expériences communes requièrent des savoir-faire complémentaires. Nous ambitionnons donc de mettre en place un réseau opérationnel pérenne à l’issue du projet dont le but sera de transférer la technologie acquise via les cellules de transfert de la zone transfrontalière et de développer des actions de formation dans le domaine émergent des nanosciences pour la santé.

Contact

Avenue Maistriaux 15
7000 Mons

+32 65 37 35 25

sophie.laurent@umons.ac.be

Visiteurs

Copyright NanoCardio