Please wait...

Résumé – Juin 2020

30 novembre 2020 by mario.cordisco

Les opérateurs rémois (URCA) et montois (UMONS) du projet NanoCardio ont développé depuis le début du projet les voies de synthèses permettant l’obtention des sondes magnétiques dendritiques utilisées comme produits de contraste en imagerie par résonance magnétique.

Ces 2 opérateurs ont ainsi mis-au-point la synthèse de 2 sondes magnétiques similaires (G1-4GdDO3A et G1-4GdDOTAGA). Une caractérisation complète in vitro et in vivo réalisée sur ces sondes a permis d’évaluer respectivement leurs propriétés physicochimiques, ceci a abouti à la publication d’un article scientifique dans la revue Inorganic Chemistry (ACS). Le comportement in vivo de ces sondes a également été évalué lors d’injections sur le petit animal. Les conditions d’injections ainsi que le suivi à long terme de ces sondes ont été étudiés par les opérateurs associés du CHU Ambroise Paré et du CMMI.

Le système de reconnaissance a également été évalué à l’aide d’un agent de contraste de type différent (peptide spécifique lié à un oxyde de fer induisant une diminution du signal en IRM) qui a permis d’observer l’accumulation de ces sondes dans différentes zones de la crosse aortique et de confirmer ensuite la présence de plaques dans ces zones par analyse histologique. Les opérateurs rémois et montois du projet ont par la suite développé différents produits spécifiques et/ou bimodaux également utilisés lors d’essais précliniques. Ces dérivés ont permis de visualiser la présence de plaques athéroscléreuses par la combinaison de deux techniques d’imagerie (IRM et imagerie optique).

Les 2 sondes G1-4GdDO3A et G1-4GdDOTAGA ont été transférées vers l’opérateur gantois (UGENT) du projet qui a pu évaluer leur toxicité et démontrer leur caractère inoffensif via une étude in vitro. Ces derniers tests ont ainsi montré que les 2 types de sondes affectent peu la viabilité cellulaire de fibroblastes (NIH/3T3). Ces résultats ont également été inclus dans l’article scientifique paru fin 2019. De plus, l’UGENT a également développé une batterie de tests qui seront mis en œuvre sur les nanoplateformes développées dans le cadre du projet afin d’étudier leurs propriétés cytotoxiques.

La communication autour du projet NanoCardio continue via son site internet et ses différents réseaux sociaux. Après avoir atteint le cap symbolique des 500 followers sur sa page Facebook, NanoCardio maintient son activité de sensibilisation du public par rapport aux maladies cardiovasculaires et au domaine de la santé. La visibilité du projet a été également accrue sur les autres réseaux sociaux (LinkedInTwitter). Les opérateurs du projet NanoCardio ont également été actifs depuis le début du projet par la participation à une multitude d’événements scientifiques (Journées de la Société Royale de Chimie, colloques nationaux et internationaux) et de communication envers le grand public (Printemps des SciencesÉvénements Interreg et InteractMardi des Chercheurs).

Contact

Avenue Maistriaux 15
7000 Mons

+32 65 37 35 25

sophie.laurent@umons.ac.be

VISITEURS

Copyright NanoCardio