Please wait...

Résumé – Juin 2017

30 juin 2017 by mario.cordisco

Le 1er janvier 2017, le projet Interreg NanoCardio voyait officiellement le jour. Ce projet, rassemblant 8 opérateurs (3 opérateurs principaux et 5 opérateurs associés), ambitionne d’élaborer des sondes nanométriques magnéto-optiques injectables dédiées à la visualisation et l’analyse de la fragilité des plaques athéroscléreuses. Il vise le développement de nouvelles stratégies d’imagerie couplant l’imagerie par résonance magnétique et l’imagerie optique afin de permettre la détection précoce de ces plaques de façon à prédire leur évolution et permettre une prise en charge adaptée des patients de la zone transfrontalière et au-delà.

Le programme de coopération territoriale européenne Interreg France – Wallonie – Vlaanderen s’inscrit dans une volonté de favoriser les échanges économiques et sociaux entre cinq régions frontalières : les régions Haut-de-France et Grand Est en France, la Wallonie, la Flandre Occidentale et Orientale en Belgique. Il vise à associer des compétences communes tout en valorisant les richesses de chaque région concernée, et ce, au bénéfice des populations de la zone. Le projet NanoCardio dont le chef de file est l’UMONS s’inscrit dans ce contexte. Les deux autres opérateurs principaux sont l’Université de Gand et l’Université de Reims.

Dans le cadre du projet NanoCardio, les sondes qui seront élaborées sont basées sur une structure moléculaire modifiable à souhait et porteuse de sondes magnétiques (pour l’imagerie par résonance magnétique) et optiques, ainsi que d’un système de reconnaissance spécifique des plaques athéroscléreuses. Durant le premier semestre de ce projet, la synthèse des nanoplateformes porteuses des sondes d’imagerie a été menée conjointement par l’UMONS et l’URCA Les différents modules constituant la nanoplateforme d’imagerie bimodale étant disponibles, la prochaine étape du projet consistera en l’obtention de la nanoplateforme finale dotée du système de reconnaissance spécifique de l’athérosclérose. Le travail réalisé à l’UGENT lors de ce premier semestre a porté sur l’optimisation des protocoles qui seront mis en oeuvre pour l’évaluation toxicologique de la nanoplateforme finale lors des prochains semestres du projet.

Contact

Avenue Maistriaux 15
7000 Mons

+32 65 37 35 25

sophie.laurent@umons.ac.be

Copyright NanoCardio